Préserver et gérer - Publié le 07/11/2019

 Détection précoce - réaction rapide : Première apparition de l'Hydrocotyle en Sarthe

L’Hydrocotyle fausse renoncule fait partie des 66 espèces exotiques réglementées par l’UE et des 49 espèces règlementées en métropole (arrêtés du 14 février 2018). De par son caractère envahissant, elle concurrence fortement la végétation indigène en place qui se raréfie, et entrave la circulation de l’eau .

Dans le cadre du dispositif « détection précoce – réaction rapide » du réseau Espèces exotiques envahissantes des Pays de la Loire, la première station d’Hydrocotyle fausse-renoncule (Hydrocotyle ranunculoides) sarthoise a été découverte durant l’été 2018, par un bénévole du Conservatoire botanique national de Brest dans le lit de l'Yre en tête de bassin versant sur la commune de Beaumont Pied-de-boeuf.


Suite à cette découverte, l’enjeu était de pouvoir gérer rapidement et efficacement cette station émergente afin d’éviter la propagation de l’espèce en aval du cours d’eau et dans le bassin hydrographique du Loir et de la Loire. La réaction rapide représente une condition souvent déterminante pour gérer une espèce avec efficacité, tant qu'elle demeure émergente. En tant qu'animateur du réseau EEE, le CEN a réunis les acteurs concernés par cette problématique (propriétaire, commune de Beaumont-pied-de-Boeuf, communauté de commune de Loire-Lucé-Bercé, Agence française pour la biodiversité, Direction départementale des territoires de la Sarthe, Conseil départemental de la Sarthe, Fédération départementale de pêche et de protection du milieu aquatique, Chambre d'agriculture etc...) pour mettre en place et mettre en œuvre un plan d’actions durant le premier semestre 2019, avec pour objectifs la connaissance de la répartition de l'Hydrocotyle en aval de Beaumont, et le recul du front de colonisation de l'espèce. Après des actions d’arrachage manuels minutieux et l'installation d'une clôture pour préserver la berge , les premiers résultats sont très encourageants  : un retour d'espèces indigènes nombreuses et variées (Iris faux-acore, Laiches, Cresson des fontaines, Ache nodiflore), et l’Hydrocotyle qui se fait vraiment toute petite ! 

Les actions vont se poursuivre en 2020 et 2021 en vue d'atteindre la disparition du foyer.

 

Crédit photo © Fabien DORTEL