Publié le 22/02/2019

Une gestion consolidée des sites naturels en Sarthe

En 2017, le Conservatoire d’espaces naturels a mis en œuvre une mission d’évaluation de la gestion des sites placés sous sa maîtrise foncière et d’usage, principalement en Sarthe. Ce travail a mis en évidence la pertinence des actions de gestion mise en œuvre mais aussi les perspectives d’amélioration possibles, pour une gestion mieux intégrée territorialement, rationnalisée et optimisée sur le plan financier, facilitée techniquement et mutualisant au mieux les outils de l’Union européenne (FEDER, Natura 2000), de l’Etat (APPB), de la Région (RNR), du Département (ENS), de l’Agence de l’eau Loire-Bretagne (via CTMA notamment), voire d’autres partenaires.

En 2018, le Conservatoire a mis en œuvre un projet de gestion et de mise en valeur d’un réseau de 7 sites naturels pour lesquels il dispose de la maîtrise foncière ou d’usage à travers le département de la Sarthe, en particulier pour faciliter la mise en œuvre de l’agropastoralisme et l’accueil du public dans de bonnes conditions. Ce projet a été conçu dans l’optique d’une mise en commun des différents outils de protection de la nature (Natura 2000, PNR, ENS, APPB etc.) et de niveaux d’organisation territoriale (Etat, Région, Agence de l’eau). Ce projet a été mis en oeuvre dans une démarche d’animation territoriale en associant étroitement les acteurs locaux et en visant une sensibilisation des partenaires à la gestion des espaces naturels. Soutenu financièrement par le département de la Sarthe, l’agence de l’eau et la région pays de la Loire.

Conçu dans une démarche d’animation territoriale en associant étroitement les acteurs locaux et en visant une sensibilisation des partenaires à la gestion des espaces naturels, ce projet 2018 a permis de faire remonter les différentes problématiques que pouvait rencontrer le CEN en matière de gestion :

- difficulté à trouver des agriculteurs locaux intéressés par la gestion de parcelles tourbeuses ou humides.

- difficulté à trouver des éleveurs intéressés pour mettre leurs animaux sur nos sites par manque de valeur nutritive pour leurs bêtes ou par le manque d’éleveurs sur les territoires.

- difficulté à faire concorder les exigences écologiques (dates de fauches et de pâturage tardif…) aux exigences du monde agricole.

Ce projet a aussi et surtout permis de mettre à jour un grand nombre de conventions et de prêts à usage sur nos sites pour permettre une meilleure gestion et un meilleur travail avec les éleveurs déjà en place (mise en place d’un point d’eau, de clôtures, …). Par ces contraintes, le CEN réfléchit à mener des actions d’animation foncière pour avoir des unités de gestion plus importantes et donc plus souples et ainsi permettre une réflexion sur la mise en place de chemins de découverte sur les sites qui le permettent.